Découvrez aujourd’hui le travail de Eudes Quittelier. 

Aujourd’hui, une interview quelque peu spéciale, puisque j’ai découvert le travail de Eudes totalement par hasard, et que c’est par la découverte de son travail que je me suis activement lancé dans la photographie et plus particulièrement, la photo de rue. C’est donc avec un grand plaisir que je vous fais découvrir le travail de ce photographe qui mériterait à être plus connu.

 

Qui est-tu dans la vie de tous les jours et d’où viens-tu ?

Je suis Eudes Quittelier, 24 ans, originaire de la région centre et travaillant maintenant sur Lille dans une agence de publicité et exerçant plusieurs métiers de l’image ( étalonnage, prise de vue vidéo et photo, montage, lumière en vidéo).

En dehors de la photo qui me passionne depuis maintenant plus de 5 ans, j’adore le jeu vidéo en général et le milieu qui gravite autour.

Sans être un gros joueur, j’aime beaucoup les roguelikes et autre titres à teneur aléatoire et « difficile ». En dehors de ça, comme beaucoup de gens, j’aime beaucoup le cinéma et les voyages, rien d’extravagant.

 

Pourquoi as-tu choisi la photographie ?

Parce que j’ai 2 mains gauches et que je ne suis pas un grand créatif. J’aurais adoré peindre ou dessiner dans une autre vie, mais je suis limité par ma graphie désastreuse et surtout par une créativité limité en dehors de la réalité qui nous entoure.

Je n’ai pas vraiment « choisi » la photographie parmi d’autres médiums, je suis un peu tombé dedans par hasard, après l’achat d’un premier reflex sans grande conviction.

Eudes Quittelier
Eudes Quittelier Par Hugo Bernatas
Que préfères-tu photographier de manière général ?

La rue. Sans aucune hésitation. Car toutes les photos sont là, et c’est à nous, photographes, de les prendre. Tout est fait et en même temps à faire. C’est l’expression de la vie la plus simple, et je trouve, la plus vraie. J’aime beaucoup coordonner les mouvements des passants avec l’environnement et leurs expressions.

J’aime aussi beaucoup le portrait quand il est spontané. Je n’aime pas, et ne sait pas, diriger quelqu’un devant un objectif. Je déclenche quand le moment me semble bon.

 

Quel matériel utilises-tu et as-tu eu?

La liste est longue. J’aime la technique et même si je n’ai pas changé de matériel depuis un petit temps ( 2 ans ) j’ai un nombre d’appareils relativement conséquent.

J’utilise principalement 2 Leica. Un M9 en numérique et un M6 en argentique. En mariage ou concert (quand j’en fais) j’utilise aussi un Canon 5Dmk2 ( qui a succédé à mon premier 1000D) qui me sert aussi pour la vidéo.

En argentique j’utilise aussi occasionnellement un Rolleiflex 3,5T et une chambre 4×5 Busch Pressman, ainsi que quelques appareils qui sont plus sur des étagères que dans mes mains : un ou deux reflex argentiques, un appareil panoramique argentique en carton fabriqué main et un Diana F+.

J’utilise trop d’optiques pour les citer, et ce serait inintéressant dans la mesure où le matériel n’y est pas pour grand chose en photo, dit-il après avoir fait une liste bien trop longue de boîtiers.

 

Quel matériel envisages-tu d’acheter dans l’avenir et pourquoi ?

Pour le moment rien.

J’hésite à revendre mon M9 pour me prendre un X100T de Fuji et partir en voyage avec la différence, mais c’est compliqué, et au final, mon M9 fait les images qui me conviennent. En optiques je suis comblé.

Il faudra remplacer le 5Dmk2 quand il sera mort, mais ça ne devrait pas arriver tout de suite.

 

Quelle est ta plus grande réussite en photo ?

Rien qui me vienne en tête. J’étais très content lorsque j’ai fait ma première commande payée, et surprise des photos du premier mariage que j’ai couvert. Je ne pensais pas adhérer à l’exercice, et je me suis pris au jeu, en sortant plusieurs photos qui me plaisent encore aujourd’hui. Après , il reste quelques photos de rue prises au bon moment, mais rien d’éclatant de ce côté-là.

L1040534,medium_large.1390551821
Eudes Quittelier

 

As-tu un gros regret ?

Non plus, pas d’immense regret.

Les plus belles photos sont évidemment celles que l’on n’a pas prises, par manque de coordination ou manque d’appareil photo tout simplement. Mais dans l’ensemble, je ne peux trouver une image que je regrette vraiment.

 

Quels logiciels et matériel informatique utilises-tu au quotidien ?

Je travaille sous Photoshop CC (via le module camera raw) sur une station PC sous Mac OS, et en voyage sur Macbook Air 11″.

J’aime beaucoup le plugin Silver Efex Pro 2 qui produit la plupart de mes noirs et blancs. Rien de bien original non plus dans les outils en soi.

 

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait se lancer sérieusement ?

Je lui recommanderais surtout d’apprendre à fond la technique, très vite, pour s’en détacher très vite. La maîtrise de l’outil est primordiale pour ne pas perdre de temps à faire un réglage ou pire, rater une image importante.

Ensuite, je dirais qu’il faut surtout persévérer dans le genre d’images que l’on aime, et ne pas répondre à une demande du public.
Ce qui compte le plus en photo, c’est la personnalité du photographe, qui se retrouve, à fortiori, dans son style graphique et dans ses sujets. Si un photographe perd cela, alors il n’est plus intéressant. Faites ce qui vous plait et foncez.

Ne vous fermez pas, si vous voulez réussir professionnellement, ce qui compte peut être plus que le talent, ce sont les contact et le tact avec les gens.

 

Es-tu inspiré par un artiste en particulier ?

Plusieurs, et sans parler d’inspiration, car je ne peux arriver à la cheville de ces maîtres, ce sont des photographes que j’admire.

Beaucoup d’humanistes, à commencer par Cartier Bresson, Ronis, Izis, Boubat et Jean-Loup Sieff, plusieurs grands reporters, Salgado, Gilles Carron ou encore Robert Capa.

Et je crois que mon contemporain préféré, en matière de street photo , reste Alex Webb qui a une maîtrise de la composition en couleur qui m’impressionne à chaque image.

Mention spéciale à Benoit Paillé qui est un jeune photographe bien moins connu que les quelques noms cités ci-dessus, qui a mené à bien plusieurs projets bien plus modernes avec une justesse de ton et une grande intelligence.

 

On se quitte sur quelques images réalisées par Eudes

Morning Fog par Eudes Quittelier

 

Eudes Quittelier

 

Marine Par Eudes Quittelier

Vous pouvez retrouver ses travaux ici :

4 commentaire sur “Interview – Eudes Quittelier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *